Fitbit charge 2

Sommaire :

  • Dimension et caractéristiques de la montre intelligente et sportive
  • Autonomie de la smartwatch
  • Technologie et puissance Fitbit
  • Fonctionnalité-connectivité

 

Dimension et caractéristiques de la montre intelligente et sportive

La voici de retour avec un écran Oled rectangulaire (1,8 x 3,2 cm) non tactile où sur lequel on y apporte un bracelet standard au choix.

Le Charge 2 se commande sur le net, dotée de bracelets en cuir (marron, indigo ou rose tendre) ou en silicone (noir, bleu, prune, bleu-vert et lavande). Avec un capteur cardio assez robuste, cette montre connectée s’épaissie légèrement. Elle dispose d’un bouton mécanique, situé sur le côté gauche . Avec une finition métallisée sur l’accroche du bracelet, la charge 2 donne l’aspect d’une montre haut de gamme, dont les attributs vont vous le prouver..
Le Charge 2 tourne sous l’application Fitbit (Android, iOS) qui vient d’être récemment mise à jour. Le capteur se recharge sur une prise propriétaire en forme de pince dans laquelle il viendra naturellement s’enficher. Il n’est pas étanche, mais supporte les petites projections d’eau.
Non tactile, l’écran a besoin d’être « réveillé » par un double tapotement. Plus commode, un mouvement vif du poignet en direction du regard permet d’obtenir le même résultat. Heure, date et nombre de pas s’affichent instantanément dans le sens de la largeur de l’écran (impossible de paramétrer un affichage dans le sens horizontal). Des tapotements successifs font apparaître le rythme cardiaque, la distance parcourue, les calories brûlées, le nombre d’étages gravis et celui des minutes en activité. Un dernier indicateur est enfin affiché. Baptisé Fitness cardio, il est calculé sur une échelle de 1 à 250 et est supposé symboliser la forme de l’utilisateur en prenant en compte son activité et son rythme cardiaque. À travers l’application, il est possible de modifier l’ordre d’apparition de ces mesures selon ses préférences.

En utilisant le bouton latéral, ce sont les fonctions sportives que l’on convoque. On affiche successivement l’écran principal avec l’affichage du nombre de pas réalisés, le rythme cardiaque en temps réel, le déclenchement de la mesure d’une activité sportive (jogging, musculation, tapis de course, gym, vélo elliptique, vélo, exercice) et enfin le lancement d’un chrono ou d’exercices de détente de 2 ou 5 minutes.

Basés sur le contrôle du rythme cardiaque, ces exercices s’effectuent simplement en calant la respiration sur un petit cercle qui, sur l’écran du bracelet, va successivement augmenter et diminuer de taille. C’est facile à réaliser nous avons chaque fois éprouvé la sensation agréable de marquer un petit « temps » durant quelques instants. Avis aux gens stressés !

Autonomie de la smartwatch

Fitbit annonce 5 jours d’autonomie pour son nouveau bracelet connecté. Compte tenu de l’usage un peu intensif que nous en avons effectué, avec réception de notifications, sorties marche et running, la Charge 2 a tenu 4 bonnes journées lors de notre première salve de tests.

À l’heure où nous bouclons ces lignes et après une seconde recharge, nous entamons notre cinquième jour d’utilisation sans avoir eu à recharger le capteur. Lorsque la batterie est presque vide, un email est adressé à l’utilisateur, ce qui est franchement pratique.

Sans obtenir le statut de montre connectée – comme le Fitbit Blaze , le Charge 2 affiche les notifications élémentaires : appels, SMS et calendrier. Le suivi du sommeil est toujours présent, avec la possibilité de programmer une alarme par vibration. Mais comme souvent, la vision globale de ce type de produits implique de jouer le jeu à fond. Pour suivre un programme de perte de poids, il faudra accepter de notifier scrupuleusement tout ce que l’on mange.
Dans la lignée de son prédécesseur et malgré son grand écran, le Charge 2 n’a rien perdu de son endurance. En le portant toute la journée et avec deux séances de course d’une heure chacune, il a tenu cinq jours. C’était la promesse du fabricant, et elle est tenue. Concernant la recharge, Fitbit nous sort un nouveau connecteur propriétaire du chapeau. Différent de ceux des Charge HR et Blaze (ça aurait pu être pratique!), il prend la forme d’une grosse pince qui vient saisir leu boîtier. L’idée est bonne et son utilisation est simplissime. Mais vous ne remercierez pas Fitbit lorsque vous l’aurez oublié au bureau ou ailleurs.

 

Technologie et puissance Fitbit

Un afficheur de bonne taille est un atout pendant une séance de running. Nous avons utilisé l’écran OLED (monochrome) en extérieur, de jour comme de nuit. La lisibilité reste excellente en mouvement. En appuyant sur le bouton (ou sur l’écran), on affiche successivement la distance parcourue, le rythme cardiaque, le temps écoulé ou encore le nombre de pas et de calories dépensées. Soit toutes les informations dont a besoin un coureur débutant/intermédiaire. Le Charge 2 gère de nombreuses autres activités comme le vélo, la musculation, les Pilates, le tennis, le golf ou encore le bootcamp.
Une fois l’activité terminée, on accède à un récapitulatif de la séance depuis le bracelet. Pour plus de détails, on bascule rapidement vers l’application Fitbit qui s’est refait une beauté, du moins sur iOS. Désormais, un système de blocs permet d’accéder aux informations principales et aux séances d’activité.

Toujours dépendant du smartphone

Le Charge 2 est dépourvu de GPS mais se connecte au smartphone – qu’il faut donc emmener avec soi – pour récolter les données de localisation. Le résumé des sorties (à pieds ou sur deux roues) est clair, avec une carte affichant le tracé, la durée, les calories brûlées, la distance parcourue et le rythme cardiaque moyen. Concernant cette dernière donnée, Fitbit fait toujours confiance à sa technologie PurePulse. Elle s’est révélée plutôt fiable lors de séances d’endurance, à quelques battements près. En revanche, on ne peut que conseiller le port d’une ceinture cardio pour les exercices fractionnés intenses.

Fonctionnalité – connectivité

Avant de profiter bu bracelet, il faut l’enfiler. Et cela n’est pas toujours facile. Le principe d’attache est exactement le même que celui de n’importe quelle montre. Mais les difficultés commencent lorsque l’on veut passer la lanière dans la boucle. Cette dernière intègre une minuscule protubérance supposée se loger dans les trous afin de fixer le bracelet de façon sure. Une sécurité déjà présente sur le modèle précédent, qui nécessite de mettre un peu de force au moment de régler le bracelet. Assez désagréable. Et puisque le Charge 2 n’est toujours pas étanche – au revoir les nageurs, l’opération sera à renouveler à chaque douche.

 

Sous iOS comme Android, la configuration se fait rapidement. Fitbit vise le grand public et le fait très bien. Sur la tranche gauche, on trouve le seul bouton de l’appareil. A chaque pression, on passe successivement de l’écran principal à la mesure du rythme cardiaque, à la liste des activités – qui défilent en effectuant une double pression sur l’écran, au chronomètre, à l’alarme et au nouveau mode Relaxe.

Mode Relaxe et VO2 Max

L’objectif du mode Relaxe est de vous apprendre à respirer plus lentement pour faire descendre le rythme cardiaque. On peut opter pour une séance de 2 ou 5 minutes. A l’écran, un cercle gonfle lorsqu’il faut inspirer, puis dégonfle pour expirer. La force du Charge 2 est d’adapter l’exercice au rythme cardiaque de départ. La fonction sera utile avant un moment de stress, ou tout simplement pour mieux s’endormir. Des applications de respiration existent déjà, mais inclure ces exercices à un tracker d’activité est très pertinent. Apple a d’ailleurs eu la même idée avec watchOS 3 .

L’autre nouveauté est le calcul du VO2 Max que l’on retrouve sous l’appellation Condition cardiovasculaire . Ce chiffre représente la quantité d’oxygène que l’organisme peut consommer lors de l’effort. Plus il est important, meilleure est la condition physique. Sur l’application, il s’affiche directement sur une échelle de valeurs pour mieux mesurer notre état de forme. Habituellement, le VO2 Max se mesure sur un tapis de course avec un équipement spécifique. Le Charge 2 se contente donc de faire une estimation à partir de l’âge, du sexe, du poids et des performances sportives. Néanmoins, cet indicateur est intéressant pour suivre sa progression sur plusieurs semaines ou plusieurs mois.

Points fort:

Un écran Amoled au top avec sa luminosité incroyable
Très bonne autonomie d’utilisation
GPS intégrés
Indice de protection IP68
Accessibilité des menus

Points faible:

Look sportif qui rebutera les manchettes de costumes
L’appli dictaphone qui pourrait-être plus fine
Le clavier T9 peu fiable

CONCLUSION – NOTRE AVIS

Et voila, déjà sortie et déjà adoptée par de nombreux sportifs, la S3 est une des plus belle smartwatch, certe un peu massive mais tellement complète, elle ravira tout ceux qui associent le sport et la vie de tout les jours.. coup de cœur !

 

   Commandez cette montre chez AMAZON.fr  notre partenaire confiance